mercredi 16 mai 2012

Bois de Campêche : l'oublié

Le Campêche (ou « Bois de Campeche » ou "Hématine", Haematoxylum campechianum) est un arbre tropical appartenant à la famille des Fabaceae (Fabacées).

II peut atteindre 15 mètres de haut mais sa taille moyenne est de +/- 8 mètres.

Découvert par les Espagnols au XVe siècle, il doit son nom au port mexicain de Campeche d'où l'on embarquait, au XVIIe siècle, les bois de teinture pour l'exportation.

L'espèce est commune en Amérique centrale et aux Antilles

Les Aztèques, qui l'appelaient « quamochitl » sont les premiers à avoir découvert les vertus colorantes de l'hématine au premier millénaire.

Après l'invasion de l'Amérique centrale par l'Espagne, l'Europe a commencé à utiliser ce colorant en quantités très importantes, remplaçant ainsi les colorants végétaux domestiques – guède et indigo.

Ce changement a eu pour conséquence de provoquer une récession sur le marché anglais conventionnel du colorant, entraînant diverses guerres entre l'Angleterre et l'Espagne en Amérique latine afin de contrôler les récoltes de bois d'hématine. Ce qui aboutit à la création d'une colonie anglaise en plein cœur de l'Empire Espagnol d'Amérique Centrale : le Honduras britannique !

La principale utilisation est la teinture.

C'est un bois très dur, au grain très fin et au fil irrégulier.

Mais comme le démontre le récit "Le voyageur françois ou la connoissance de l'Ancien et du Nouveau Monde, Volume 10" de Joseph de la PORTE - 1772, ce bois est déjà utilisé, à cette date, par les luthiers pour la fabrication d'archets : "Il sert aux luthiers à faire des archets..."

Le "Nouveau manuel complet de musique vocale et instrumentale ou encyclopédie musicale, Volume 2" d’Alexandre Etienne CHORON - 1838 confirme que, près de 70 ans plus tard, le campêche est toujours préconisé pour la fabrication des baguettes d'archets (même si on commence à lui préférer le Pernambouc) : «  Les bois dont on se sert pour la baguette sont le bois de Campéche, le bois de fer, le bois de Brésil, le Fernambouc el autres; on préfère le Fernambouc... ».


En 1869, J.C. MAUGIN, dans son "Nouveau manuel du Luthier", évoque toujours l'utilisation du Campêche pour la fabrication d'archets :  "Tous les archets qui ont quelque prix se font avec des bois des îles, tels que le campêche, le bois de fer, le bois de Brésil, le Fernambouc et autres.".


Dans la Revue des sciences naturelles appliquées de 1894, bulletin bimensuel de la Société nationale d'acclimatation de France, Volume 41, Numéro 1, il est indiqué : "Le bois de Campêche s'emploie surtout en Europe comme matière tinctoriale, mais on en fait aussi quelquefois de beaux meubles et d'excellents archets  pour les instruments à cordes."



Depuis le début du XXe siècle, le bois de Campêche semble avoir été oublié par les fabricants d'archets (son prix est il devenu dissuasif ?) et disparait, petit à petit, des écrits d'authentification de l'archèterie française...

Aucun commentaire: