lundi 21 mai 2012

Un archet - un auteur : Joseph Louis MORIZOT dit "Louis MORIZOT Père"

Joseph Louis MORIZOT est né en 1874 à DARNEY, petite commune des Vosges (88), à 37 km à l'est d' EPINAL, de Nicolas Constant MORIZOT et de Catherine MALINE, soeur de Nicolas MALINE, fabricant d'archet à MIRECOURT
Dés son plus jeune age, Louis est envoyé comme apprenti chez Eugène CUNIOT (Maison CUNIOT-HURY). Cet apprentissage le mènera comme ouvrier à l'atelier de Charles Nicolas BAZIN jusqu'en 1914.

Entre-temps, en 1898, Joseph Louis MORIZOT épouse Marie Louise BOURBON. Un des témoins de mariage est Charles Eugène HUSSON luthier et cousin germain de la mariée.

Eugène SARTORY confie à Louis MORIZOT le dégrossissage des baguettes d'archets et la réalisation de hausses. Installé dés 1919 rue St Georges à MIRECOURT, au n°5, MORIZOT peaufine son propre modèle, aux baguettes fines et élégantes et dont les hausses sont proches du modèle réalisé pour SARTORY.
Ce dernier, ne supportant pas que l'on puisse se revendiquer de son nom dans le travail d'archèterie, se fâchera définitivement avec Louis MORIZOT.

Joseph Louis MORIZOT (surnommé « Le Tourne Gueule »), grâce au travail en collaboration avec ses fils, va proposer ses services, non seulement aux luthiers de MIRECOURT, mais également à d'autres archetiers, à des marchands français et étrangers, à des maisons parisiennes réputées...

Dés 1930, il envisage de créer une association avec ses fils et l'atelier portera quelques temps plus tard l'enseigne "Louis MORIZOT et ses fils".
"MORIZOT Père" est alors devenu son diminutif.

L'atelier déménage au 39 ter Rue du Faubourg St Vincent à MIRECOURT (un batiment non visible sur l'image en lien).

Petit à petit, MORIZOT Père va transmettre officiellement son affaire à ses fils qu'il accompagne, au quotidien, jusqu'à la fin de la seconde guerre mondiale. Malgré une vision défaillante, il continue à dégrossir des baguettes d'archet pour la petite entreprise et s'assure de la bonne réputation de celle-ci.

Louis MORIZOT Père meurt à MIRECOURT en 1957.

Le modèle présenté est un archet de contrebasse.
Les archets de contrebasse de Louis MORIZOT Père sont très élégants, d'un bois veiné de grande qualité.
Louis MORIZOT Père laissera derrière lui un savoir-faire reconnu et des archets de très bonne facture tant pas leur qualités de jeu et d'équilibre que par leur esthétisme (voir la collaboration avec Eugène SARTORY).


Aucun commentaire: