mercredi 18 juillet 2012

Visserie de l' archet : une technique d'horloger


A partir du milieu du 19ème siècle  la révolution industrielle, la mécanisation et le développement des chemins de fer ont conduit à normaliser les filetages des vis et écrous.  Jusque-là  chacun tournait ses vis à sa façon, en particulier en horlogerie.
Auparavant l’usage de la vis de fixation restait limité, voire même disparu pendant près de mille ans.
Ce serait Léonard de Vinci qui l’aurait restauré en étudiant des textes antiques.
Car la vis est un principe mécanique très ancien : fixation, transmission, hydraulique selon les époques.


Les premières horloges mécaniques, apparues à la fin du XIIème siècle  étaient fixées sur leur bâtis par des clavettes, la vis de fixation avait disparue. 
La vis apparaît pour la première fois en horlogerie  vers 1550 avec la miniaturisation des horloges en montres.
L’horlogerie fut un lieu d’exploration de l’application de la vis de fixation en matières malléables. Les premiers horlogers fabriquaient alors eux-mêmes leurs vis jusqu'au milieu du 17ème siècle où la fabrication des éléments d’horloge se spécialise en différents métiers.

Machine à décolleter primitive
C’est un artisan horloger, Claude-Joseph Ballaloud, parti perfectionné son art à Nuremberg qui en revenant en 1720 dans la vallée de l’Arve y installe ce qui va devenir rapidement une activité importante : la fabrication de visserie calibrée d'horlogerie. Très vite, les ateliers familiaux se multiplient et fournissent les grandes firmes de Genève en Suisse. L’acquisition d’un savoir-faire s’accompagne de la création, un siècle plus tard, de l’École Royale d’Horlogerie en 1848. Pour répondre aux besoins des grands secteurs industriels, les artisans horlogers se diversifient dans la fabrication de petites pièces micromécaniques en série. Les techniques du décolletage sont nées et ne cesseront d’évoluer pour être aujourd’hui reconnues mondialement.

Pour la petite histoire : SENNACHERIB, Roi de NINIVE au pouvoir de 704 à 681 avant JC est à l'origine de la vis.
En faisant de Ninive la nouvelle capitale du royaume il la dote de jardins magnifiques qui seraient à l’origine du mythe des jardins suspendus de Sémiramis à Babylone. Il construit des canaux pour apporter l’eau à proximité, et des machines pour élever l’eau avec des vis sans fin, 4 siècles avant Archimède.
Les tablettes gravées qui en rendent compte sont la trace écrite la plus ancienne  de l’usage d’une vis.

Aucun commentaire: