mercredi 1 août 2012

VOLTAIRE et le mystère TOURTE

Correspondance inédite de Voltaire** avec P.M. Hennin

4 juillet 1770, à Ferney

  "Le nommé Tourte*, horloger de Genève, dont on saisit plusieurs montres à Collonge, il ya trois semaines , s’adressa sans doute à vous, et on me mande de Lyon que son affaire a été accommodée. C'est ce que j’ignore. Mais un négociant, nommé Maroy, domicilié à Lyon, était celui à qui les montres appartenaient. Il a déjà paié 1 400 livres argent comptant à Tourte*, et lui a donné pour deux mille livres de lettres de change; mais il n’a reçu aucune montre, et il n’est pas juste qu’il paie une marchandise qu’il n’a point reçue.
Je vous supplie de vouloir bien me mettre au fait de cette affaire; elle m’est recommandée très vivement. J’ignore ce qu’il faut faire et ce que je dois répondre à ceux qui s'adressent à moi.
Etes-vous dans votre maison de campagne?
Mille respects à madame Le Gendre.
                                V."


Réponse de P.M. Hennin

6 juillet 1770, à Genève

  "Il me paraît fort difficile, Monsieur, que ni vous, ni moi, rendions service au sieur Tourte* et à son correspondant de Lyon. Ils sont tous deux dans le cas de la contrebande la plus formelle, et voici comment ces messieurs s'arrangent. Le lyonnais ou le parisien achète des montres à Genève, et le genevois se charge de les faire passer sans payer de droits. On a arrêté cinquante deux montres à Collonge, dans le courant du mois dernier. II faut qu’il y ait eu de nouveaux ordres pour veiller à ces manœuvres qui iraient au détriment des manufactures de Ferney et de Versoy
Sans une incommodité qui a empêché ma sœur de sortir, nous aurions eu l'honneur de vous voir cette semaine. Nous quitterons, dès qu’il nous sera possible, notre chaumière, pour aller nous humilier à la vue de vos magnificences. On dit que vous vous amusez à faire une ville. Pour le coup , je défie qu’on traite vos occupations de bagatelles."


*Jean-Louis TOURTE, horloger genevois et marchand (famille horlogère de Genève au 18e siècle)

**François-Marie Arouet, dit Voltaire, nait le 21 novembre 1694 à Paris. Parmi un bon nombre d'activités diverses, Voltaire s'interesse à l'horlogerie et développera une activité d'horlogerie à Ferney (Ferney-Votaire - Ain / Pays de Gex). Sa principale clientèle se trouve à la cour du roi de France.
Le hasard (si hasard il y a) veut que Voltaire rencontrait Diderot, entre autre, au Café du Parnasse, café que l'on retrouve Place de l'Ecole chère aux frères TOURTE.

Rappel : certaines biographies de François Xavier TOURTE, fabricant d'archets, lui rapportent un apprentissage en horlogerie...

Aucun commentaire: