mercredi 19 septembre 2012

BATISTE : un musicien français en terre italienne...

Violon du Roy. Gravure (1688) de Nicolas Arnault.
Musée Carnavalet
Comme nous le disions pour Jean-Baptiste CARTIER, il existe parfois des personnages de l'histoire de la musique que l'on fait disparaître volontairement ou involontairement. BATISTE (le Petit Batiste), violoniste, est de ceux qui auront influencé musiciens, luthiers et archetiers...

BATISTE est certainement un des plus célèbres joueurs de violon qu'ait connu la France au cours de ce 18eme siècle. Il parcours dans sa jeunesse l'Allemagne, la Pologne et l'Italie.
"Si la musique était moins enseignée que de nos jours, elle faisait une partie essentielle de l'éducation des personnes de qualité. Sous la régence, le luth vieillissait et le téorbe (ou théorbe) encore plus. Le clavecin et la basse de viole étaient les instrumens favoris. Un préjugé éloignait du violon et de l'accompagnement, qu'on regardait comme la ressource des gens du métier. La difficulté de l'un et de l'autre pouvait bien au fond être la cause réelle de ce dédain; car on ne saurait se dissimuler que la science ne fût alors peu commune. Des sonates de Corelli étant arrivées à Paris en 1718, le Régent ne trouva point de violon en état de les faire entendre, et il envoya BATISTE à Rome pour étudier sous ce maître et pour revenir nous applanir les difficultés de la composition italienne." Histoire de la régence et de la minorité de Louis XV - Volume 2

C'est donc en Italie que BATISTE obtient l'amitié du célèbre musicien CORELLI qui, après l'avoir entendu, courut l'embrasser et lui fit présent de son archet.
Il passe alors 3 ou 4 années auprès du maître avant de revenir à la Cour du Roi de France.
BATISTE se retire sur la fin de ses jours à la cour du roi de Pologne  dont il fait le bonheur. Il excelle moins dans la difficulté du jeu que dans l'expression. Il tire de son instrument les sons les plus extraordinaires exécutés à des vitesses surprenantes pour l'époque.
Quelques-uns lui attribuent l'invention de la double corde.

Le geste symbolique de CORELLI pour BATISTE démontre de l'importance de l'archet dans le jeu du musicien...

BATISTE s'éteint vers 1770

(Autre ressource : Histoire de la musique et de ses effets, depuis son origine jusqu'à présent - Tome 3 - Jacques BONNET - 1725)

Aucun commentaire: