mercredi 3 octobre 2012

Archets : archives disparues ?


Nous avons déjà évoqué Jean-Baptiste CARTIER et son Histoire du Violon, histoire dont il ne reste plus que l'évocation dans la Revue Musicale, Volume 1, de 1827. Cet ouvrage (Editeur Frey / Imprimerie FIRMIN  DIDOT) ne verra jamais le jour malgré son importance historique. Une partie de ce travail était consacrée aux archets, à leur histoire et à leurs évolutions...

Cette même Revue Musicale, Volume 6, de 1830, annonce l'édition d'un essai intéressant "Le Nécessaire du Violoniste ou la Lutherie du Violon dévoilée aux amateurs, et l'instrument considéré sous le rapport de son étude" (Imprimerie de Ch. DEZAUCHE) dont l'auteur serait un certain J.B DABEDEILHE.

Cet oeuvre traite en partie de l'archet, du poids et de sa longueur, de la courbure de la baguette et de deux fabricants d'archets : TOURTE et LUPOT.
Il est ainsi présenté :

"Voici un ouvrage nouveau, dont le prospectus se distribue, et dont l'impression est commencée. Si l'auteur a bien rempli son cadre , il aura rendu un véritable service à l'art musical, et surtout aux amateurs. Nous ne connaissons pas M. Dabedeilhe, mais, d après quelques remarques dont il a rempli le préambule de son prospectus, et surtout d'après son plan , nous croyons apercevoir qu'il a au moins compris ce qu'il y avait à faire pour remplir une lacune de la littérature musicale. Rien n'égale, dit-il, l'embarras de la plupart des amateurs  quand il s'agit de prononcer sur le mérite et là valeur d'un instrument. En général, les musiciens manquent de données fixes et de principes certains, qui ne peuvent être que le fruit d'une étude particulière, ainsi que d'expériences et de comparaisons souvent répétées. Peu de personnes ont été à portée de les faire, et jusqu'ici on ne les a pas communiquées au public. Parcourez toutes les bibliothèques , fouillez dans toutes les encyclopédies, vous trouverez à peine quelques indications succinctes , et souvent autant d'erreurs que de lignes. L'auteur a donc voulu être utile aux amateurs, et les soustraire à la fraude mercantile ainsi qu'aux préjugés dont elle fait son profit. Il leur offre le résultat de ses études de trente années et des observations qu'il a recueillies dans ses nombreux voyages, de ses recherches chez les luthiers et de ses rapports avec nombre d'artistes et d'amateurs..." (Suite)

"Il est facheux que M. Cartier n'ait pas eu le courage de courir, comme M. Dabedeilhe, les risques de la publication de son Histoire du Violon; les violonistes n'auraient plus eu rien à désirer pour leur instruction."

Or, la Revue Musicale est rédigée par F.J. FETIS, Professeur de composition à l'Ecole Royale de Musique et bibliothécaire de cet établissement, ami de Jean Baptiste VUILLAUME...
Si les noms de CARTIER et DABEDEILHE restent méconnus voir inconnus des références historiques, FETIS et VUILLAUME ne manqueront pas de marquer leur époque de leurs "connaissances" - un savoir basé sur des archives (partiellement ou completement) disparues au début de ce 19e siècle...

Pour informations : L'imprimeur de la "Revue Musicale" (Fétis) est Charles DEZAUCHE et l'imprimeur des "Biographies universelles des musiciens et biographies générales de la musique" (Fétis) est Firmin DIDOT

(Google Books, BNF / Gallica, Imprimerie Firmin DIDOT / CPI, CNSMDP, archives personnelles)

Aucun commentaire: