mercredi 23 janvier 2013

L'archet et les cordes de soie...



Début 2012 était révélée au grand public l'invention de cordes de soie d'araignées du chercheur japonais, le professeur Shigeyoshi Osaki (Université médicale de Nara).
Ces cordes auraient un son "plus doux et plus profond" que les cordes traditionnelles, fabriquées à partir de boyaux ou de métal. Une qualité qui serait obtenue grâce à la manière avec laquelle l’araignée tisse ses fils, permettant de ne laisser pratiquement aucun espace entre eux (une démonstration est disponible dans l'article de la BBC).

L'histoire de la corde de soie n'est pas nouvelle (araignée mise à part).



En 1796, un certain BAUD, habitant de VERSAILLES (78000 - FRANCE), invente une machine à fabriquer les cordes de soie torse destinées à remplacer celles de boyau dans la monture de la harpe, de la guitare, du violon, de l'alto et du violoncelle.
Suite à l' envoi d'un échantillon à la Classe des Beaux-Arts en 1797,  François-Joseph GOSSEC (1734-1829), le 04 octobre 1798, lit à l' Institut de France un rapport sur ces fameuses cordes. Il attire l'attention de son auditoire sur l'histoire tout à fait étonnante de cette "invention" :

"Les Chinois conservent encore aujourd'hui, depuis 4737 ans, l'usage des cordes de soie torse sur le "Kin" et le "Ché", instruments de musique inventés par Fou-Hy, le premier qui civilisa le peuple chinois en lui donnant des loix (sic), les Arts et les Sciences..."
(Procès verbal de la 3eme séance du 13 vendemiaire An VII - livre publié en 1937 par Marcel BONNAIRE (Armand Colin) L'Académie des Beaux-Arts p. 155 et suivantes)


Le rapport obtiendra l' approbation des académiciens le 09 octobre suivant.
Mais ces cordes, comme beaucoup d'innovations françaises de l'époque, ne vont pas convaincre beaucoup de musiciens. BAUD présente alors un violon dont la table n'est pas barrée et vante avec force les mérites de ses inventions... Sans succès !

Crin de cheval sur cordes en soie ne font pas bon ménage et le son est disgracieux et imparfait.
Même si GOSSEC cotoya la famille TOURTE, l'archet idéal pour ces cordes ne fut jamais inventé...

Soie torse. Les fils sont de tors droit ou de tors gauche (...). Dans le fil tors gauche, les spirales montent de droite à gauche (Araud, Ch. Thomas, Fabric. drap, 1921, p. 86).

Aucun commentaire: