jeudi 21 février 2013

Archets et Instruments : les Grands Magasins

Le Bon Marché - Aristide Boucicaut
Les grands magasins sont apparus sur les boulevards des grandes villes au début du XIXe siècle. Les petites échoppes médiévales situées dans des ruelles sombres laissent progressivement la place aux grandes enseignes disposant de comptoirs multiples, mieux approvisionnés et renouvelant régulièrement leurs produits.
On doit cet évolution à Aristide Boucicaut, fondateur du grand magasin "Le Bon Marché" précurseur et promoteur des principes du commerce moderne.
Ces nouveaux magasins font suite aux marchandes de frivolités du XVIIIe siècle, puis aux magasins de nouveautés (comme La Fille d'Honneur, Les Deux Magots, La Barbe d'Or, Aux Dames Élégantes, La Belle Jardinière) apparus dans la deuxième partie du XVIIIe siècle dans des rues-galeries, des rues-salons et des passages couverts qui favorisent un achalandage paisible à l'abri des intempéries et d'une circulation parfois anarchique.



La Samaritaine (Les Archives Bleues)
L'histoire des Grands Magasins reflète l'évolution économique et sociale de la capitale. De même, de part leur importance, les Grands Magasins participent aux mutations sociales et économiques du XIXe et du XXe siècle avec notamment l'apparition d'une nouvelle classe sociale : les employés.
Dans les coulisses de ces « temples » de la vente et de la consommation se joue une comédie humaine bien souvent inconnue du grand public, tandis qu'en vitrine s'affiche un univers spectaculaire et fantastique.
Plusieurs arrondissements de PARIS sont concernés par l'implantation d'un Grand Magasin et les bouleversements et transformations qu'il a pu ou peut amener permettent de mettre en lumière  un héritage (et une empreinte) architectural, sociologique, commercial et urbain.



THIBOUVILLE-LAMY (photo colorisée)
L'attrait de PARIS va attirer quelques entreprises mirecurtiennes de fabrication d'instruments comme la Maison THIBOUVILLE -LAMY. Il ne s'agit pas de simples magasins (ou usines) mais de véritables "show-rooms" installés sur plusieurs numéros de rue. Ainsi, les ateliers THIBOUVILLE-LAMY étendent leurs boutiques du 68 bis au 72 rue Réaumur (Paris - 75003), chaque vitrine correspondant à un type d'instrument (guitare, piano, instruments du quatuor à cordes et archets, accessoires, etc).
Atelier Sandrine RAFFIN - Archetiers
Mais les diverses crises économiques qui secoueront le XXe siècle vont faire disparaître petit à petit ces "grandes surfaces" dédiées aux instruments.
Aujourd'hui il est (re)devenu courant, pour un musicien, de se rendre dans une "boutique-atelier" et de retrouver, dans un monde devenu extrêmement individualiste, le plaisir de dialoguer avec un fabricant artisan et d'en solliciter ses conseils...



(Sources : wikipedia - luthiers-mirecourt.com - les archives bleues - ville de paris - documentation personnelle)

Aucun commentaire: