jeudi 28 février 2013

Bois de corail : l'africain

Une facture datée de 1825 de François Xavier TOURTE à Louis-Philippe GIROD de Vienney (1779-1852), baron de Trémont démontre que l'archetier travaillait différentes essences de bois dont le bois de corail.
 




Le bois de corail (Chassalia corallioides), tel que défini aujourd'hui, est une espèce de plante de la famille des rubiacées. Elle est endémique de l'île de La Réunion, département d'outre-mer français dans le sud-ouest de l'océan Indien. Elle est facilement reconnaissable à son inflorescence ressemblant à du corail.
 


Mais le bois dont parle TOURTE est vraisemblablement le padouk, bois d'afrique de l'ouest (african padouk) très estimé pour sa durabilité, sa stabilité et  sa couleur naturelle rouge vif à rouge-orangé, qui fonce pour devenir brun rougeâtre.
De son nom botanique Pterocarpus soyauxii, le padouk est un bois très dense et nécessite des outils bien affûtés, dont le tranchant ou la pointe est de préférence en carbure. Il se travaille toutefois très bien et prend un beau poli. Il résiste aux termites, et sa grande durabilité permet même de l’employer pour des usages extrêmes en extérieur ou dans l'hydraulique.

Aujourd'hui, Le padouk est surtout utilisé pour la fabrication de boiseries de luxe, de moulures, d’escaliers et de lambris. Il sert aussi à créer des motifs riches et attrayants de parqueterie en mosaïque, en harmonie avec des bois plus pâles. On en fait de très beaux meubles, des crédences et des tables d’appoint, des boîtiers d’horloge (TOURTE n'a-t-il pas un passé d'horloger ?) et des coffrets.
Le padouk est très résistant et peut être utilisé pour des boiseries extérieures, des meubles de jardin luxueux et pour le mobilier des cabines de luxe sur les bateaux.

(Sources : La Réunion - La Jaune et la Rouge - casatv - wikipedia - Iris BREMAUD et Nelly POIDEVIN - recherches personnelles)

Aucun commentaire: