jeudi 14 février 2013

Secret d'atelier : la colle d'os

Sans doute la colle la plus ancestrale : elle était déjà utilisée sous l’Egypte ancienne. Un document daté de 1470 av. J.-C. décrit également la fabrication de la colle d'os dans la construction du mobilier..

On peut lire dans l'ouvrage de Denis PAPIN- édition de 1682 - : «... que cet artiste , au moyen de sa marmite , a préparé une gelée avec les os ainsi qu'avec l'ivoire, avec laquelle il a bien collé un verre cassé; qu'il a de plus pénétré de gelée d'os un vieux chapeau qui est devenu très-ferme; il a dit aussi que si l'on se servoit d'une telle liqueur pour faire des chapeaux, ils seroient bien meilleurs qu'à l'ordinaire.»

Dans l'Encyclopédie methodique de 1805 on peut également découvrir cette bien étange recette :

Détail d'une cuisson de colle d'os , faite dans le laboratoire de M. Pelletier, le 14 mars 1792.
 
"Six livres de rapures d'os ( prises chez des faiseurs de moules de boutons ) ont été mises dans une chaudière de cuivre, avec 14 pintes d'eau : on a laissé cette râpure tremper deux jours à froid , afin que l'eau la pénétrât & la disposât à rendre avec plus de facilité la colle qu'elle contenoit.
Le 27, la chaudière a été mise sur un fourneau dont le feu a été allumé le matin à onze heures : l'ébullition a commencé à avoir lieu à Midi; le feu a été soutenu jusqu'à neuf heures du soir , & l'on a laissé digérer la colle sur son marc toute la nuit , pendant lequel tems elle s'est épurée sans aucune addition.
Le 28 , la liqueur a été tirée à clair avec un syphon; elle a rendu, de liquide, 14 pintes , & par l''expression du marc on a encore deux pintes de liqueur.
Cette colle ainsi soutirée a été mise sur le feu dans une bassine , pour en évaporer l'eau superflue & la rapprocher. Lorsque la colle a paru suffisamment cuite d'après les épreuves ordinaires, on a retiré la bassine du feu  & après avoir laissé reposer la colle environ une demi-heure , on l'a versée dans des boîtes ; les boîtes ont été ensuite portées dans un lieu frais jusqu'au lendemain. Pendant ce court espace la colle s'étoit prise en une gelée ferme : en cet état, on l'a coupée par tablettes, & on l'a mise sur des filets dans un grenier pour y sécher.
  La colle a été quatorze jours à sécher ; à la vérité le tems n'a cessé d'être très-humide & pluvieux.
Voici le tableau des produits de cette opération.
Six livres de poudre d'os ont rendu, savoir .
    1°. En colle transparente. » liv. 15 onc. 4 g;
2°. Colle de marc » » 4
3°. Marc desséché 4 5 »
Perte ou déchet » 15"
On doit observer que ce déchet, très-considérable , seroit beaucoup moindre en opérant en grand. 11 seroit possible d'ailleurs de traiter de nouveau le marc avec une nouvelle quantité d'eau , & d'en retirer un peu de colle peut être d'une qualité inférieure , mais au moins les os seroient plus épuisés. La colle obtenue par ce procédé est, par sa transparence, analogue à celle dite façon d'Angleterre; & quelqu'imparfaire que soit l'expérience dont on vient de rendre compte , son résultat important est qu'elle a fourni une livre de colle sur six livres d'os."

Cette colle est extirpée d’os bovins longuement bouillis, puis filtrés et séchés anciennement sur des grilles, pour être commercialisée sous forme de plaques.
L'avantage de cette colle est qu'elle est réversible (décollage en chauffant) et malgré tout, très résistante...



Aujourd’hui on ne la trouve plus qu’en perles...

Article : Recette d'atelier version Ecole BOULLE :  la colle d'os et de nerf

(Sources : gallica - google livres - wikipedia - recherches personnelles)

Aucun commentaire: