mardi 26 février 2013

Un archet - un auteur : Etienne PAGEOT dit "PAJEOT"

Etienne PAGEOT nait à MIRECOURT (88 - Vosges) en janvier 1791, d'un père facteur d'archet, Louis Simon PAGEOT (natif de GRENOBLE - 38 - Isère).
Le jeune Etienne se trouve orphelin de père dés sa pré-adolescence. L'apprentissage commencé auprès de l'atelier paternel est loin d'être terminé.
C'est dans les ateliers mirecurtiens de ce début 19eme siècle qu'Etienne PAGEOT va progressivement trouver son propre style.


Archives des Vosges
En 1815, Etienne PAGEOT est Grenadier à la Première Compagnie du Deuxième Bataillon de la Garde Nationale des Vosges. Au cours de la même année, il épouse Catherine PERRIN (en mai) et signe son contrat de mariage "PAJEOT".
Son beau père est maréchal ferrant, ce qui facilite la compréhension du travail des métaux.
Un des témoins du mariage, Joseph Laurent METZ, est marchand luthier. Les informations que PAGEOT peut obtenir des "itinérants" lui permet d' accéder au travail de ses confrères oeuvrant dans de grandes villes éloignées de MIRECOURT...

Ayant repris son métier, l'observation des techniques et autres "inventions" de ses pairs lui autorise le développement d'idées qui ne manqueront pas d'attirer l'oeil avisé de l'opportuniste Jean-Baptiste VUILLAUME. Ce dernier n'hésitera pas à prendre à son compte certaines de ces idées (exemple : archet à mèche interchangeable) et à les faire appliquer par les archetiers de son atelier parisien.

Laurent GRILLET, dans "Les Ancêtres du VIOLON" Tome 2 (1901), affirme de PAGEOT (dit PAJEOT) :
"Fils, élève et successeur du précédent (Louis Simon). Il fit quantité d'archets excellents, lesquels ne portent pas toujours son nom, car il travailla beaucoup, dit-on, pour le compte de Lafleur (Joseph René)". Ce qui expliquerait la qualité du choix de ses bois...

Il est clair que la renommée du travail d'Etienne PAGEOT (dit PAJEOT) fait vite le tour de France et le bonheur des musiciens de l'époque à la recherche d'archets performants, beaux et abordables niveau prix (LAFLEUR et TOURTE sont déja quasi inaccessibles pour le musicien débutant).

Archives des Vosges
Etienne PAGEOT (dit PAJEOT) décède dans sa ville natale en août 1849 à l'age de 58 ans. Il est précisé sur le registre d'état civil "sans profession". Cette même année, de mars à septembre, une épidémie nationale de choléra fait de nombreux morts (16 000). Mirecourt n'y échappera pas... 

Etienne PAGEOT laisse derrière lui une collection d'archets de très grandes qualités - signés souvent "PAJEOT" - que les musiciens contemporains apprécient tout particulièrement pour leur jouabilité et leur design.


(Sources : wikipedia - archives des vosges - laurent grillet - recherches personnelles)

Aucun commentaire: