mercredi 7 août 2013

Le Galuchat : un cuir révolutionnaire et d'exception...

Poucette cuir de lezard - Atelier Sandrine RAFFIN
En archèterie, l'utilisation du cuir est essentiellement réservée à la fabrication de la "poucette" (en rapport avec le pouce) qui orne chaque archet, par devant la hausse.
Ce cuir de protection provient principalement de peau de vache ou de lézard. Pourtant, un cuir "révolutionnaire" fait à nouveau parler de lui au cours de cette présente décennie : le galuchat.



Poucette galuchat - Atelier Sandrine RAFFIN
Le galuchat est un cuir de poisson cartilagineux (de raie ou de roussette - sorte de petit requin) dont l'utilisation en gainerie et en ébénisterie est très ancienne (plus récemment en maroquinerie).

 

On doit  l'apparition de ce procédé de tannage pour adoucir le cuir à Jean-Claude GALLUCHAT (mort en 1774) - maitre artisan gainier œuvrant quai des Morfondus à PARIS. Ce procédé, certainement découvert en 1748, consiste à affiner la peau par l’usage de grès et de pierre ponce et de le teinter.
Madame de Pompadour, appréciant cette matière, fit la renommée de GALLUCHAT par ses commandes d'objets gainés.

Le nom Galluchat fut déformé par inadvertance en Galuchat avec un seul « L » dès 1777.
Denis Claude GALLUCHAT continua le travail de son père, dont il reprit l’atelier en 1774, mais quai de l’Horloge, à l’extrémité du quai des Morfondus. Dans le Paris de cette époque, les ateliers des artisans du cuir et de l’ébénisterie se situaient dans le quartier de la Tour de l’Horloge du Palais, par le quai des Mégissiers, le quai des Morfondus se prolongeant par le quai de l’Horloge et le quartier du Faubourg Saint-Antoine.

Particulièrement délicat à traiter de par son grain de peau naturellement perlé, le galuchat se travaille également avec le grain poli qui rehausse toute la brillance et revalorise autrement la peau qui en devient d’autant plus majestueuse.
Le galuchat est un cuir d’exception qui fait parler ! Sa perle centrale unique que l’on appelle la couronne fait de cette peau un cuir de grande convoitise...

(Sources : wikipedia - Sibel - Google livres - Beynat et Janniaux - recherches internes)

Aucun commentaire: