mercredi 18 septembre 2013

Jules VERNE et l'archet : un voyage extraordinaire


Jules VERNE, né le 8 février 1828 à NANTES (44) - au 04, Cours Olivier de Clisson - et mort le 24 mars 1905 à AMIENS (80), est un écrivain français dont une grande partie des œuvres est consacrée à des romans d'aventures et de science-fiction (ou d'anticipation).

Il est le fils de Pierre VERNE (originaire de PROVINS - 77), avoué, et de Sophie ALLOTE de la FUŸE, née d’une famille bourgeoise nantaise de navigateurs et d’armateurs.

En 1893, Jules VERNE publie dans "Le Figaro illustré" l’histoire de Monsieur Ré Dièse et Mademoiselle Mi Bémol. Cette nouvelle raconte comment un organiste fou tente de transformer une chorale d’enfants en registres d’orgue. L’auteur rêve d’une adaptation musicale de son récit mais il faut attendre cent ans pour que la compositrice Graciane FINZI et le librettiste Gilbert LEVY s’en emparent et en tirent un opéra, Le Clavier fantastique.

Jules VERNE a écrit le texte de nombreuses mélodies, chansons et opérettes. La musique est aussi présente dans plusieurs de ses romans jusqu’à devenir le sujet même de l’histoire dans Monsieur Ré Dièse.
Il évoque son admiration pour de très grands musiciens : Mozart, Beethoven (1770-1827), Offenbach (1819-1880), Mendelssohn, Halévy, Meyerbeer, Haydn, Onslow (1784-1853), Massenet, Audran et Lecoq….etc. mais il déteste Wagner et le fait savoir !
 
L'archet tient une place importante dans l’ouvrage de l’auteur  et semble être, selon Jules VERNE, un élément essentiel pour le musicien.

Quelques extraits :

Le Tour du monde en quatre-vingts jours (1873) :

"...Mais la brise ne mollissait pas. Au contraire. Elle soufflait à courber le mât, que les haubans de fer maintenaient solidement. Ces filins métalliques, semblables aux cordes d'un instrument, résonnaient comme si un archet eût provoqué leurs vibrations. Le traîneau s'enlevait au milieu d'une harmonie plaintive, d'une intensité toute particulière.

"Ces cordes donnent la quinte et l'octave" dit M. Fogg..."

Michel Strogoff (1876) :

"...Une nuée de danseuses fit alors irruption sur la place. Divers instruments tartares, la "doutare", mandoline au long manche en bois de mûrier, à deux cordes de soie tordue et accordées par quarte, le 'kobize", sorte de violoncelle ouvert à sa partie antérieure, garni de crins de cheval mis en vibration au moyen d'un archet..."

Les Tribulations d'un Chinois en Chine (1879) :

"...Des miaulements, des gloussements, sans mesure et sans tonalité, s’élevant en notes aigües jusqu'aux dernières limites de perception du sens auditif ! Quant aux instruments, violons dons les cordes s'enchevêtraient dans les fils de l'archet..."

L'Ile à hélice (1895):

"...C'est Yvernès, qui, son violon tiré de l'étui, le fait vibrer sous la puissante caresse de l'archet. Une idée de génie ! Et pourquoi des musiciens n'auraient-ils pas demandé leur salut à la musique ? ..."

Ces romans constituent une partie de l'œuvre des "Voyages extraordinaires" qui ont fait la renommée de l'auteur.
A suivre...
 
(Sources : wikipedia - Google Livres - Centre International Jules Verne - Google maps - Orchestre National IDF - Gallica/BNF - Bibliothèque et documents privés)

Aucun commentaire: