mercredi 26 mars 2014

Bois d'archet : une histoire de tonneau (2eme partie)

Traçage / Wikipedia
Dans la première partie de ce sujet, nous avons pu apprécier l'importance du "bois de tonneau" dans la recherche et la fabrication de l'archet "moderne".

Les bois utilisés pour les tonneaux du commerce franco-brésilien font appel à des espèces reconnues pour leur résistance physique et leur incorruptibilité dans l'eau.

Dans "Histoire des relations commerciales entre la France et le Brésil.." de l'économiste et importateur Horace Emile SAY* (1839), ce dernier dresse une liste des essences de bois exploitées.

Environs des villes de Pernambouc / Horace Say / Gallica
Nous ne retiendrons ici que quelques exemples qui auraient pu ou ont été utilisés par les archetiers de cette fin du 18eme siècle:

- le Jaquetiba  (jequitiba) : "bois rouge, peu durable ; on en fait des caisses à sucre".
- le Jatauba : "bois très compacte et susceptible d'un beau poli".
- le Landim : "employé pour faire de petites solives, des douves de tonneaux et des caisses à sucre".
- l'Oleo amarello (Pau amarelo): "Excellent bois, huileux, incorruptible, prenant un beau poli, propre à tous les usages, même à la tabletterie".
- le Pao do Brazil : "Bois du Brésil, propre à la teinture, employé pour la marqueterie et même en médecine".
- le Pao da Rainha : "Ce bois, d'un grain très fin, serait très bon pour l'ébénisterie, mais son prix élevé le fait réserver pour la teinture".
- le Pao de Tente : "Bois dur, peu veiné, employé en charpente".



- le Pao-ferro : "(Bois de fer) brun foncé, spécifiquement très lourd, mais sujet à être piqué par l'artisan. On donne, du reste, le même nom à plusieurs espèces de bois lourds".
- le Vinhatico (laurier royal) : "C'est un des plus beaux arbres du Brésil; le bois en est incorruptible dans l'eau comme hors de l'eau ; c'est avec cet arbre surtout que l'on fait les plus belles pirogues. On en a trouvé dans la province de Bahia qui avaient jusqu'à 22 mètres de circonférence ; mais alors ils étaient creux dans le centre".


Ce qui est à souligner avec certitude, c'est que l'emploi du Pao-ferro (bois de fer) est une habitude courante pour la fabrication des archets.
Cette appellation d' essences de bois est prisée par les grands maitres archetiers du début 19eme siècle et semble très appréciée par les musiciens de l'époque...

Notons également l'utilisation du Pao do Brazil (Pau Brazil), nom communément utilisé pour le bois de Pernambouc

A suivre.

*Horace Emile SAY appartient à la Famille SAY connue également pour son implication dans le commerce du sucre (aujourd'hui "Béghin-Say")


(Source : Wikipédia - Google livres - Gallica - Recherches et documents internes - Atelier Sandrine RAFFIN)

Aucun commentaire: