jeudi 13 mars 2014

Eugène SARTORY et la Cité de Trévise

Cité de Trévise : la fontaine
La Cité de Trévise à PARIS, dans le 9eme arrondissement, est l’un de ses quartiers tranquilles et pavés qui donne aux promeneurs l’impression d’être hors du temps. Elle offre au regard de ces derniers, de gracieux détails sur les nombreuses demeures dans le style néo-Renaissance qui la bordent.

Ce qui en fait sa singularité, c’est la petite place trônant en son centre. Le passant pourrait se croire en Italie, tant les arbres et la fontaine donnent à l’ensemble une atmosphère langoureuse et raffinée. Créé en 1840, ce tout petit espace vert dont on peut seulement faire le tour, sans y entrer, accueille une fontaine ornée de trois nymphes se tenant par la main. On entend l’eau y couler, pour le plus grand bonheur des Parisiens ou des touristes en recherche de calme.

Eugène SARTORY : archet octogonal de violoncelle
Cette cité, construite en 1840, de la rue Rîcher, 8, à la rue Bleue, 5, sur les jardins de l'ancien hôtel du Maréchal MAISON, est la plus remarquable des cités de Paris. Elle décrit une ligne brisée, dont le milieu, s'élargissant en forme de place, est décoré de cette fameuse fontaine jaillissante qu'entoure un gracieux parterre.

A sa création, les entrées de la Cité de Trévise sont fermées par de belles et grandes grilles.

Eugène SARTORY : archet octogonal de violoncelle
C’est dans ce quartier calme de la capitale qu’Eugène SARTORY décide d’y installer son ultime atelier. On le trouve ainsi répertorié en 1929 dans  « MUSIQUE ADRESSES UNIVERSEL » (édité par l’Office General de la Musique, 3013 pp., Paris) au numéro 3, Cité (de) Trévise.

Il y décède le 05 mars 1946.
 
(Sources : Wikipédia - Google maps - Google livres - Evous.fr - Adolphe Joanne - Recherches internes)




 

Aucun commentaire: