mercredi 9 avril 2014

Un archet dans l'assiette : rue des Poulies

Si les Frères TOURTE doivent, en partie, leur réussite à la fréquentation du Café du Parnasse (Café du Pont Neuf) situé face à leurs ateliers respectifs, il existe bien d'autres anecdotes liant les lieux de bouche aux métiers de lutherie et d'archèterie.

Le contrat de mariage de Pierre-Jacques GODELAR (GAUDELART), compagnon luttier (luthier) , stipule que l'artisan réside rue des Poulies dans la Paroisse St Germain l'Auxerrois (1774).
Cousineau, luthier "breveté de la Reine" y tient également boutique en 1781.

*La rue des Poulies est une ancienne voie publique de l'ancien 4e arrondissement de Paris, devenu 1er arrondissement, en France.
Elle commence à la rue de Rivoli, au niveau des numéros 154 et 156, et se termine rue Saint-Honoré, au niveau des numéros 133 et 135. Le dernier impair est 17 ; le dernier pair, 18. Sa longueur est de 75 m. – 4e arrondissement, quartier Saint-Honoré.

C'est dans cette rue qu'un certain Boulanger dit « Champ d'oiseau » (ou « Chantoiseau ») installe en 1765 une boutique appelée "restaurat", considéré comme le premier restaurant de Paris. On y servait des bouillons reconstituants d'un prix abordable. Auparavant le « restaurant », appelé aussi « maison de santé », était un bouillon ou consommé qui restaurait les forces et que l’on recommandait, pour cette raison, particulièrement aux femmes en couche, et aux personnes exténuées par la fatigue, les excès ou les maladies de langueur. Boulanger, qui fut appelé « restaurateur », avait mis sur sa porte la devise "Venite ad me, omnes qui stomacho laboratis, et ego restaurabo vos" (« Venez tous à moi, vous dont l’estomac crie misère, et je vous restaurerai »).

Denis Diderot, habitué des cafés et lieux de vie, y fait allusion dans sa correspondance.

Cette rue a disparu, englobée, lors du percement de la rue du Louvre. Elle faisait angle avec l'actuelle rue Bailleul. Elle prolongeait la rue du Louvre après le passage de celle-ci entre le palais du Louvre et l’église Saint-Germain-l'Auxerrois (Marie de Thézy - Marville, Paris).

Lieu convivial par excellence, le restaurant favorise l'échange et permet parfois l'avancée de grandes idées...

(Sources : *Wikipédia - Archives Nationales - Google Livres - Google Maps - Conférence de rue / Atelier Sandrine RAFFIN - Archetiers) 

Aucun commentaire: