mercredi 11 juin 2014

Giuseppe TARTINI : l'art de l'Archet

Giuseppe TARTINI nait à PIRANO (Piran, Slovénie) en avril 1692.
Destiné très jeune à une vocation ecclésiastique, il est inscrit néanmoins comme étudiant en droit à l'Université de PADOUE en 1709.
Selon toute vraisemblance, il reçoit une instruction musicale du Tchèque Bohuslav Cernohorsky.

À compter de 1714, il est musicien d'orchestre, exerçant son activité à Assise et Ancône.
En 1721, il se voit confier la direction de l'orchestre de la basilique Saint-Antoine à Padoue. Ce poste lui permet d'effectuer plusieurs voyages ; en outre, il séjourne plusieurs années à Prague où il a l'occasion d'assister au couronnement de Charles VI. De retour à Padoue, il fonde une école de musique réputée qui attire alors des musiciens venus de toute l'Europe.
Un de ses élèves favoris est Pietro NARDINI.


Il rédige de nombreux ouvrages théoriques sur la musique, parmi lesquels un traité sur l'art de l'ornementation. qui a pu servir d'exemple à Leopold MOZART pour son École du violon.
Les ouvrages théoriques qui paraissent par la suite - et qui reposent partiellement sur des spéculations erronées, mais également sur de réelles données de l'expérience - font l'objet de critiques virulentes et de mises en doute par ses concurrents.
Ces controverses le rendent malade et il en meurt en 1770 à PADOUE.


La statue érigée en son honneur à PIRAN, sa ville natale, démontre avec force de l'importance qu'attache TARTINI à son archet. Le musicien en rédige « l'arte del arco » (L'Art de l'Archet), qui illustre bien la technique d'archet des violonistes baroques Italiens et qui est donc une richesse pour la recherche musicologique et pour les fabricants d'archets du 18eme siècle.

Le descriptif du catalogue d'archets de Gustave CHOUQUET reste une belle énigme :

"62. — Archet italien.
Cet archet à bouton et sans crémaillère passe pour avoir ap-
partenu au célèbre violoniste-compositeur Jos. Tartini (1692-
1770) ; mais il ressemble plutôt aux archets employés par Cramer (Manheim, 1745 — Londres, 1805), qu'à ceux auxquels
reste attaché le nom de Tartini. (Don de M. Miremont.)"


Voici, pour les plus curieux d'entre vous, un article trouvé dans "Le Magasin Pittoresque" Vol. 8 de 1840 et consacré à TARTINI:




(Sources : Wikipédia - Google Livres - Recherches Atelier Sandrine RAFFIN - Archetiers)

Aucun commentaire: