mercredi 16 juillet 2014

Archet : brevet d'invention VUILLAUME

Le 26 février 1836, un brevet d'invention de 5 ans était décerné à Jean-Baptiste VUILLAUME, pour des "archets dits perfectionnés".

Le fameux luthier, s'intéressant à toute nouveauté et perfectionnant les bonnes idées des autres, écrit ceci (vu dans "Description des Machines et Procédés..." tome XLIV): 

"Jusqu'à présent on s'est borné, dans la fabrication des mèches d'archets, à lier, par l'un de ses bouts, une botte, plus ou moins fournie , de crins, que l'on livre ainsi, soit aux fabricants d'archets, soit aux artistes eux-mêmes, qui les montent en plaçant le bout lié de la botte dans la tète de l'archet, et en l'y assujettissant au moyen d'un tampon; l'autre extrémité de crins se place, de la même manière, dans la mortaise de la hausse, et l'archet se trouve monté, bien ou mal, selon l'habileté du monteur, car il est très difficile de disposer une botte cylindrique de manière que tous les crins se placent parallèlement les uns aux autres, et éprouvent tous une tension égale entre leurs deux points d'attache, la tète et la hausse de l'archet, conditions expresses d'une bonne exécution.

A la vérité, un fabricant a tenté, mais sans succès, il y a quelques années, un perfectionnement dans la fabrication des mèches; il ne se bornait plus à lier les crins par un bout en botte cylindrique, il préparait cette extrémité en forme de tresse plate, au moyen d'un fil de soie qui, croisant à diverses reprises tous les crins de la mèche, formait à cet endroit un véritable tissu d'environ une ligne de largeur, et qui avait pour longueur la largeur donnée à la mèche; il grillait au feu l'extrémité des crins, derrière ce tissu, et le racornissement qui en résultait empêchait les crins de se détacher;, ce procédé donnait une mèche plate et qu'on pouvait, sans beaucoup d'habileté, étaler régulièrement sur la hausse de l'archet; mais les difficultés que fait naître la nécessité d'une tension égale pour tous les crins de la même mèche étaient semblables pour le placement de l'autre extrémité de la mèche dans la tète de l'archet, c'est ce qui a fait abandonner ce procédé."

Suite ici :
 
 


(Sources et photos : Google Livres - Atelier Sandrine RAFFIN - Archetiers)

Aucun commentaire: