jeudi 10 juillet 2014

Etienne PAJEOT - archet d'alto (viola bow)

  • Vu dans l'article précédent consacré à Etienne PAJEOT (PAGEOT) :
 
Etienne PAJEOT ( PAGEOT)
Archet d'alto (viola bow) bois de fer
"Laurent GRILLET, dans "Les Ancêtres du VIOLON" Tome 2 (1901), affirme de PAGEOT (dit PAJEOT) :
"Fils, élève et successeur du précédent (Louis Simon). Il fit quantité d'archets excellents, lesquels ne portent pas toujours son nom, car il travailla beaucoup, dit-on, pour le compte de Lafleur (Joseph René)". Ce qui expliquerait la qualité du choix de ses bois...

Il est clair que la renommée du travail d'Etienne PAGEOT (dit PAJEOT) fait vite le tour de France et le bonheur des musiciens de l'époque à la recherche d'archets performants, beaux et abordables niveau prix (LAFLEUR et TOURTE sont déjà quasi inaccessibles pour le musicien débutant)."
 
  • Vu dans le Musée du Conservatoire national de musique / Catalogue descriptif et raisonné par Gustave Chouquet (1875) :
 
Etienne PAJEOT (PAGEOT)
(bouton postérieur)
76.- Archet de Pajeot.
Ce très bel archet, garni en or, avec hausse en écaille, provient de la Collection Telesinski.
Pageot, dit Pajeot (c'est ainsi qu'il marquait au feu ses archets) est né à Mirecourt le 25 janvier 1791. Élève de son père Louis-Simon Pageot, il eut de bonne heure du talent. Il a laissé un grand nombre d'archets excellents, mais qui ne sont pas toujours signés, parce qu'il a travaillé pour le compte de Lafleur. Il est mort à Mirecourt le 24 août 1849.
 
77.- Archet de Pajeot.
Il a une hausse en ivoire et porte le nom de son auteur, marqué au feu.
 
78.- Archet de Pajeot.
Il est aussi de cet auteur, mais non signé ; il a une baguette à pans coupés dans toute sa longueur. L'ornementation de la hausse n'en est pas ordinaire.
 
(Sources : Gallica / BnF - Atelier Sandrine RAFFIN - Archetiers)
 
 

Aucun commentaire: