mercredi 3 décembre 2014

Henri Alexandre Célestin HENRY : un archetier mort au combat

www.delcampe.net
Le 11 novembre dernier à MIRECOURT (88 - Vosges) Monique GAGNEUR, petite-fille de Marie HENRY (veuve de (Henri) Alexandre Célestin HENRY) a rendu un poignant hommage aux archetiers et luthiers morts aux combats de la Grande Guerre (Guerre 1914 - 1918).

En voici le texte :

"Mirecourt, le 11 Novembre 2014,

Monsieur le Maire de Mirecourt, Mesdames les Conseillères Municipale, Messieurs les Conseillers Municipaux,
Mesdames, Messieurs,


Suite à ma participation à EUROPEANA 1914-1918, j'ai l'honneur d'apporter ma modeste contribution au Souvenir des Luthiers et des Archetiers morts pour la France, au cours de la Première Guerre Mondiale, et plus généralement, à celui de tous les Enfants de Mirecourt tués entre 1914 et 1918.


Je remercie toutes les personnes qui s'associent à l'œuvre de Mémoire qui nous réunit aujourd'hui, à l'occasion de la Commémoration du Centième Anniversaire de la disparition de l'Archetier Alexandre HENRY, le premier mari de Marie DELON, ma grand-mère qui était Dentellière.


Je remercie particulièrement Madame CHIARAVALLI, Adjointe au Maire de Mirecourt et Membre de l'Association du Vieux-Mirecourt-Regain, Monsieur Jean DENIS de la Légion Vosgienne à Ramonchamp, Messieurs René JEANPIRRE, Patrick BAZIN, Didier DRUAUX et Roland TERRIER„ ainsi que les personnes de la Rue Chanzy qui ont accepté de rendre hommage à Alexandre, en exposant une information dans leur devanture de magasin.


Issu de la Dynastie des Luthiers et Archetiers HENRY ancrée à Mirecourt depuis le Dix-Septième  siècle, Alexandre a aussi pour aïeuls des membres des Dynasties VINOT, GUINOT et THOMASSIN.


Alexandre et ma grand-mère Marie DELON se sont mariés en Mai 1913, au Syndicat, puis s'installent au 29 de la Rue Chanzy à Mirecourt.


Lors de la Mobilisation Générale du 31 Juillet 1914, Alexandre quitte sa jeune épouse le lendemain. Puis, il passe saluer ses anciens Maîtres Archetiers : Ignace Henri DUMONT et Charles-Nicolas BAZIN le Deuxième dont l'arrière petit-fils, Patrick BAZIN, est présent parmi nous.


Alexandre n'est pas seul à rejoindre le 79ème Régiment d'Infanterie Territoriale à Neufchâteau. Son ami d'enfance Valentin FOUNIER est avec lui.


Le 7 Août 1914, ils sont déjà arrivés à Granville dans la Manche. Si l'on suit les parcours terrestres et maritimes, du 79ème Régiment d'Infanterie, Alexandre découvre le port du Havre, puis celui de Dunkerque où il débarque pour être dirigé vers le front belge, dans la Région d'Ypres.


C'est là que la Bataille de l'Yser est engagée. Au cours de la nuit du 11 au 12 Novembre 1914, le lieu dit la Maison du Passeur est attaqué. Alexandre est tué dès le début de la nuit.


www.delcampe.net
Son ami Valentin disparaît quelques heures plus tard, au petit matin du 12 Novembre. En quelques heures, on dénombre 56 tués et 200 blessés. L'Attaque de la Maison du Passeur recense également 193 prisonniers et disparus dont Alexandre et Valentin font partie.

Les Luthiers et les Archetiers qui revinrent à Mirecourt à la fin de l'année 1918 étaient tous traumatisés par ce qu'ils avaient vécu. Nombre d'entre eux étaient blessés ou estropiés et travailler le bois leur était difficile.


Marie HENRY ne reçut jamais de lettres de Alexandre. Après son départ, elle consacre son temps à l'Hôpital temporaire de Mirecourt qui accueillait les blessés en provenance du Front des Vosges.


Un jour de 1917, elle soigne un Soldat qui a reçu un coup de sabot de cheval dans un genou. L'homme était veuf. Il s'appelait Hippolyte Magisson. Malgré la guerre et ses innombrables morts, un enfant naît dans la maison de Alexandre : une petite Marie-Louise qui voit le jour le 10 Octobre 1918. Marie-Louise Magisson était ma mère.


Mon grand-père, Marie HENRY et leur bébé ont quitté Mirecourt au début de l'année 1919 pour s'installer dans un village proche de Reims, dans la Marne. En 1927, mon grand-père qui était entrepreneur de maçonnerie, édifia un Monument aux Morts dans une Commune située à proximité de la maison où il avait installé sa famille.


En perdant Alexandre l'Archetier, sa veuve Marie HENRY n'a pas quitté le domaine de la musique. Le blessé du Front des Vosges était musicien et le don musical fut transmis à sa fille Marie-Louise qui jouait de la mandoline.


Un siècle plus tard, que reste t-il de Marie la Dentellière et de Alexandre l'Archetier ? La vie des souvenirs. Ma grand-mère Marie nous parlait parfois de Alexandre dont elle porta le deuil jusqu'à son dernier jour. Elle n'avait pas oublié le savoir-faire des Dentellières et confectionnait des napperons.


Même s'il est impossible de savoir si ce que Alexandre a fabriqué existe encore aujourd'hui, ses pièces d'Archèterie représentent l'émanation de son Art et demeurent la mémoire de l'homme qui les a façonnées.


Malgré le deuil de ses Enfants, le Monde de la Lutherie et de l'Archèterie se montra vaillant et continua de rayonner et de porter très haut, la renommée de la Ville de Mirecourt dans ses Arts et Traditions, comme en témoignent les Musées de la Lutherie et de l'Archèterie françaises, de la Musique Mécanique et de la Dentelle, ainsi que l'École Nationale de la Lutherie.


Je vous remercie.
" Monique GAGNEUR


(Document confié par l'auteure pour servir au devoir de mémoire / illustrations : www.delcampe.net)

Aucun commentaire: