mercredi 21 janvier 2015

Bois de braise : de la teinture à l'archet

Caesalpinia Sappan (bois de braise)
En 1766, dans le "Dictionnaire raisonné universel des arts et métiers , contenant l'histoire, la description, la police des fabriques et manufactures de France et des pays étrangers" (édition posthume de 1773, réédité et augmenté par l'abbé Jaubert) Philippe Macquer, avocat et historien français, écrit ceci:

"L'archet doit être proprement travaillé en bois d'Inde garni de crin blanc tendu le long de l'intérieur du bâton, à l'extrémité inférieure duquel est cachée une vis par le moyen de laquelle on peut tendre l'archet plus ou moins. Tout ce travail regarde les garçons ou apprentis de l’artiste il y a même à Paris des personnes qui ne font que ces petits ouvrages accessoires le facteur ne fait que les mettre ensemble & les appliquer au corps de l’instrument."


Mais quel rapport avec le "bois brésil" ? Retour en arrière...

Au moyen-age (Ve - XVe siècle), comment peut-on parler du "bois brésil"  alors que le Brésil n'est pas encore "officiellement" découvert par les Portugais  (22 avril 1500) ? Tout simplement parce que le mot "brésil", du latin "Brasilium, Brexillium, Berxinum, Berxilium, Brexilium, Brasilicum", ne désigne pas un pays mais décrit un bois aux couleurs de braise.

Jusqu'au XVe siècle, le "bois de braise" provenait des Indes, via la Perse, importé, dans un premier temps, par les Vénitiens, puis par les Portugais et les Hollandais. C'est la profusion d'arbres "couleur de braise" (ainsi que l'important commerce qui en découlera), qui donnera son nom au Brésil par les conquérants européens - Pau Brasil : le bois de braise (braza en portugais) -.


Caesalpinia Echinata (Pernambouc)

Les pigments de ce "bois brésil" servaient principalement à la teinture. Si tout le monde s'attache au "Pernambouc" comme bois de référence, le "bois de braise" provenant d'Inde est également une espèce de Césalpinées* (Caesalpiniaceae) connue sous l'appellation "Bois de Sappan" (Caesalpinia Sappan). Les deux bois (pernambouc et sappan) étant tellement proches, ils feront l'objet de toutes sortes de trafics par des navigateurs peu scrupuleux de la qualité de leur commerce.

Le sappan ou "brésillet des Indes", du mot malais sapang, dans une note aux Voyages de Marco Polo, est identique au mot tamoul Sapanggi qui veut dire « Japon », pays d'où il est supposé provenir.

*Césalpinées : du nom du botaniste Andrea Cesalpino, dit Césalpin


(Sources : Wikipédia - Gallica / BnF - Encyclopedie Universelle - Atelier Sandrine RAFFIN - Archetiers)

Aucun commentaire: