mercredi 14 janvier 2015

Jacques FREY : sous l'altiste, l'éditeur

Mais qui se cache derrière le travail d'édition signé "J. Frey" en référence de notre article :  "Archets : archives disparues ?"

Jacque Frey d'après Melle Pantin
Jacques Joseph Désiré FREY nait en 1782. Ancien élève du Conservatoire de Paris pour le violon, altiste, joueur de viole dans l'orchestre de l'Opéra de Paris de 1817 à 1837, Jacques Frey est également compositeur et marchand de musique.

Une minute de l'étude de Maitre Denis Le Pelletier, notaire, datée de février 1816 fait état d'une "quittance par Charlotte-Adélaïde Foucard, épouse de Rodolphe Kreutzer, compositeur de musique, demeurant rue de Provence, n°17, mandataire de son mari, de Luigi Chérubini, Etienne-Nicolas Méhul, Jacques-Pierre-Joseph Rode et François-Adrien Boieldieu, tous compositeurs de musique, de la somme de 15000 francs sur celle de 35700 francs, pour la vente faite à Jacques Frey, marchand de musique, du magasin de musique dont ils étaient co-propriétaires"

Mais, depuis 1811, Jacques Frey doit plus particulièrement sa réputation à son activité d'éditeur de musique et de livres spécialisés qu'il signe de sa marque "J. Frey" . On lui est revable, entre autre, d'une Méthode de tambour de basque.

Installé au 08, Place des Victoires à Paris, il est proche de la rue Croix-des-Petits-Champs et de son monde de la lutherie (19e siècle). Jean-Baptiste Vuillaume et François Joseph Fétis sont des habitués de la maison d'édition dont l'imprimeur principal n'est autre que le célèbre Firmin Didot.

Jacques Frey décède à Paris le 09 juin 1838 en laissant derrière lui de nombreuses œuvres inachevées dont l'Essai historique et raisonné sur l'art du violon de Jean Baptiste Cartier.

(Sources : Gallica / Bnf - lemoinebouchard.com - Wikipédia - Google livres - Archives nationales - Archives FIRMIN DIDOT - Atelier Sandrine Raffin - archetiers)

Aucun commentaire: