mercredi 1 juillet 2015

Pierre BAILLOT et la division de l'archet

Pierre BAILLOT par Singry
Pierre Marie François Salles Baillot dit "Pierre Baillot" nait en octobre 1771 à Passy (ancienne commune de la Seine, près de Paris - avant 1860).

Nicolas Baillot, père de Pierre, né le 27 août 1731 à Dijon, avocat en Parlement de Paris, "procureur du roi de la prévôté souveraine et de la juridiction royale d'Ajaccio", décédé le 14 novembre 1783 à Bastia, était issu d'une vieille famille dijonnaise de maîtres vinaigriers. En 1763, il avait épousé Antoinette Perreau, lyonnaise d'origine, qui lui donna 7 enfants, dont 2 seulement atteignirent l'âge adulte : Pierre et Rosalie. Cette dernière fut mariée au violoniste Charles Guynemer (1786-1862) qui s'installa un temps en Angleterre après la mort de son beau-frère, arrivée en 1842. Leur petit-fils, Eugène du Trémoul (1828-1893), avocat, fut Secrétaire de la légation de Toscane à Paris et Chambellan du Grand Duc de Toscane. (musinem.com)

Selon François-Jospeh Fétis, Pierre Baillot reçoit ses premières leçons de violon d'un violoniste italien, Polidori, originaire de Florence (élève du compositeur et violoniste Pietro Nardini (1722-1793)), et d'un certain Sainte-Marie, professeur de violon.
Devenu à son tour violoniste réputé, Pierre Baillot sera également compositeur, premier violon de l'Opéra et professeur de violon au Conservatoire, aux côtés de Rodolphe Kreutzer et de Pierre Rode avec qui il rédigera la "Méthode de violon adoptée par le Conservatoire". Il publiera une quarantaine d’œuvres pour violon et violoncelle et sera nommé Chevalier de la Légion d'honneur en 1824.

En 1834, il fait éditer "L'Art du violon" à partir de son manuscrit téléchargeable ici (parties 10 à 13 - Fonds Baillot / Palazzetto BRU ZANE).

L'archet y a une place prépondérante  et tout un chapitre est consacré à la "division" de celui-ci en trois parties égales.
Pierre Baillot nomme ces dernières "pointe - milieu - talon" et leur fait correspondre "faiblesse - équilibre - force", en détaillant avec précision sa démonstration:



Pierre Baillot décède à Paris en septembre 1842.
Il est inhumé au cimetière Montmartre, avec son fils René-Paul Baillot et Marie-Léonie Beyerman-Savalete, ainsi que Charles-Théophile Savalete et Marie-Aglaé Lucas parents adoptifs de Marie-Léonie Beyerman-Savalete, non loin de Jean-Baptiste Vuillaume...

(Sources : Mairie de Paris -Wikipédia - Palazzetto BRU ZANE - Gallica/BnF - musicologie.org - musimem.com - Atelier Sandrine RAFFIN | Archetiers)

Aucun commentaire: