mercredi 4 novembre 2015

Histoire de l'archèterie - En parallèle : l'industrie du sucre

Non, ce ne sont pas les archetiers du "monde" qui sont à l'origine de la déforestation brésilienne! 

Le mal profond qui a, petit à petit, détruit la forêt tropicale vient d'une monnaie internationale non déclarée officiellement comme telle : le sucre (sauf en Equateur de 1884 à 2000 - mais ceci est une autre histoire).

"engenho" 1950 - Wikipedia
L'expansion du sucre se fait surtout dans les années 1600. Au "Nord-Esté" (Nordeste), dans les capitaineries de Pernambouc et de Bahia, les premières plantations sucrières virent le jour sur le sol du bois de braise au début de ce XVIe siècle. Le Brésil portugais compte 60 sucreries en 1575, appelées aussi "engenho" (dont 23 à Pernambouc et 18 à Bahia), puis 130 sucreries en 1585 (dont 65 à Pernambouc et 45 à Bahia) et même 436 sucreries en 1629, dont 150 à Pernambouc 80 à Bahia et 60 à Rio de Janeiro, soit les deux tiers sur ces trois sites.

En Europe, les prix du sucre sont tirés vers le haut par une forte demande. La Compagnie néerlandaise des Indes occidentales décide en 1630 de réinvestir au Brésil, principale colonie sucrière au monde, les 11 millions retirés de la Bataille de la baie de Matanza contre les galions espagnols en 1628. Colonie portugaise, le Brésil est, par force, également espagnol et l'Espagne est la principale ennemie de la Hollande, son ex-suzeraine, depuis la Guerre de Trente Ans (1618-1648). Priver l'Espagne du sucre brésilien, c'est l'affaiblir...



Au dix-huitième siècle, le sucre est expédié en Europe, comble de tout, dans des tonneaux fabriqués à partir du bois abattu! Et le "Caesalpinia echinata" (Pernambouc) ne sera pas épargné...

Depuis, la plantation de cannes à sucre n'a cessé de croitre.

"Avec une multiplication par 5 en 25 ans à peine, le Brésil a développé sa production de sucre de façon fulgurante. Il devrait produire en 2013/14 environ 40 MT de sucre, soit 22% de la production mondiale, alors qu'il en produisait moins de 7,4 MT en 1990/91, à comparer à la production française de sucre de l'époque de 4,6 MT. Mais surtout, le Brésil est devenu le premier exportateur mondial de sucre, et de loin, contrôlant 50% des exportations mondiales et exerçant une influence considérable sur le marché mondial." (Syndicat National des Fabricants de sucre)

Autre phénomène lié à la canne à sucre : l'éthanol.


"Le Brésil est le premier exportateur au monde de biocarburants et le deuxième producteur. Si l'éthanol brésilien a un bon bilan écologique par rapport à un carburant fossile, il présente le risque d'une extension des monocultures aux dépens des cultures alimentaires et d'élevage .../... La particularité du Brésil est d’être en même temps, et depuis longtemps, un producteur d'agrocarburants.L’éthanol est produit par la fermentation de plantes comme la canne à sucre. Le biodiesel, lui, est issu des huiles végétales contenues par exemple dans le soja. Et le Brésil a développé ces filières dès les années 70, avec un véritable lancement de la production après le premier choc pétrolier de 1973. Il est devenu en fait le premier pays au monde à produire des véhicules fonctionnant exclusivement à l’alcool." (Arte

Alors, si votre archet réalisé en bois de Pernambouc vaut aujourd'hui de l'or, il a également son "pesant de sucre"...

A suivre...

(Sources : Arte- Syndicat National des Fabricants de sucre - Google livres - Wikipédia - documents internes)




Aucun commentaire: